Extrait du roman bit lit "Les héritiers immortels"

"Kaori installée sur la véranda, contemplait la rivière en contrebas. Malgré la fraîcheur de ce mois de janvier, elle portait un short bleu et un chemisier blanc, dont le bas était noué au-dessus de son ventre plat. Un dragon aux merveilleuses couleurs était tatoué au bas de son dos."

"Kaori recula d’un pas. Puis, elle leva son bras droit caché derrière son dos. Dans sa main, Kaori tenait un splendide sabre japonais forgé par Nagasone. Ce katana ainsi que d’autres sabres se transmettaient de génération en génération dans sa famille.

Kaori serra la poignée, en bois de magnolia enveloppé de cuir tressé, de son sabre. Elle sentit à peine le métal de la garde, trop attentive aux gestes de son adversaire. L’ivresse des anciens combats revenait en elle."

KAORI

Extrait du roman bit lit "Lès Argelus - Le coffret de Sö "

"Kaori prononça un mot et leva les deux mains, paumes vers le plafond. Un katana se matérialisa. Elle caressa tendrement le manche en bois de magnolia et enveloppé de cuir tressé. Il avait appartenu à ses illustres ancêtres. Certains avaient été de redoutables samouraïs. La lame fit un demi-cercle avant de se retrouver la pointe touchant le plancher. Campée sur ses jambes minces et musclées, Kaori attendait."

 

"Kaori ouvrit les yeux, résolue à tuer. Le froid s’éloignait d’elle. Sa détermination était forte. Les anciens gestes étaient de nouveau présents. Kaori était de nouveau cette professionnelle, impitoyable. Elle écarta les pieds. Posture stable. Elle n’attaquerait pas la première. Elle attendrait, attentive au moindre son, au moindre déplacement d’air. Elle observait ses deux adversaires. Elle connaissait chacun de leurs gestes, chacune des techniques qu’elles emploieraient. 

Kaori laissa remonter ses anciens réflexes de tueuse. Elle laissa de côté tout sentiment, toute émotion. Elle plongea encore plus loin en elle. Ses gestes étaient d’une précision, d’une rapidité et d’une puissance époustouflantes. Les deux Kaori étaient maintenant en difficulté. L’une fut touchée au bras, tandis que l’autre reçut une longue estafilade à la jambe. L’une boitait tandis que l’autre avait du mal à tenir sa lame. Mais rapidement, les blessures se cicatrisèrent.

Et le combat repris, plus violent. La rapidité des gestes des trois combattantes, impressionnèrent Jayden et Korgen. Les yeux des humains ne distinguaient plus rien. Kaori reçut plusieurs blessures qui guérissaient aussi vite. Les lames sifflaient à ses oreilles. Elle se baissa pour éviter un sabre qui arriva sur sa gauche. L’autre lame pénétra dans le même temps dans son flanc droit. Elle l’extirpa et le lança à travers le bouclier d’énergie. Un nouveau katana apparut dans les mains de son adversaire. Deux heures s’étaient écoulées. Le combat semblait sans fin. La situation devait rapidement évoluer. Kaori plongea plus loin en elle, tout en parant deux coups de lames portées simultanément à sa poitrine."

 

"Kaori ralentit sa course. Ses longs cheveux libres de tout lien, flottaient librement autour d’elle. Elle s’arrêta et huma l’air. Elle leva la tête et aperçut quelques pans d’un ciel rouge sang, à travers le feuillage des arbres qui l’entouraient. Elle ferma les yeux essayant d’entrer en symbiose avec la vie nocturne. Son ouïe fine de vampire scrutait les moindres recoins de cette vaste forêt. De l’endroit où elle se tenait, Kaori pouvait entendre à des kilomètres. Des petites créatures, inconnues de la jeune femme, circulaient au-dessus de sa tête. Elles passaient de branche en branche, avant de s’éloigner.

Kaori se sentait alerte, pleine d’une énergie qu’elle n’avait jamais connue. Sur ce monde, sa vitesse était encore plus rapide. Elle avait l’intuition aussi que sa force était plus grande encore. Elle se sentait exubérante, ivre d’une énergie de vie. Jayden était loin de ses pensées, en cette heure nocturne. C’était une heure pour la chasse.Kaori sortit son katana de sa ceinture. Il faudrait qu’elle trouve un fourreau pour y protéger son arme.

Un martèlement ténu et continu résonna doucement dans ses oreilles. Elle fixa son attention sur ce bruit. Il venait de l’est et se rapprochait rapidement d’elle. Kaori se campa solidement sur ses deux jambes. Elle empoigna fermement le manche de son sabre et leva la lame vers le haut. Ses deux mains touchaient presque son visage. Elle gardait toujours les yeux fermés, savourant l’avancée de son adversaire. Elle ne serait pas la chasseresse. Il ne serait pas le gibier. Un combat entre deux adversaires de même valeur, eut-elle l’intuition.

Le bruit s’amplifia dans ses oreilles. L’oiseau au-dessus d’elle se tut. Une nouvelle atmosphère envahit la forêt, faite d’attente, de joie, mais aussi de magie. Kaori sentait des regards fixés sur elle. Plusieurs présences silencieuses qui attendaient l’assaut final. Maintenant, la jeune femme ressentait le sol vibrer sous ses pas et monter dans son corps. Une créature énorme, puissante approchait à grands pas.

Le Sargoune surgit brusquement d’un bosquet épineux. Il était plus grand que la moyenne. Kaori ouvrit les yeux. La bête rayonnait d’une lumière bleue surnaturelle. Créature de la forêt, mais aussi de la nuit. Le Sargoune avait de longs poils bruns. Des feuilles et de la boue s’entremêlaient à son pelage. Sa peau épaisse était difficile à traverser avec une lame ordinaire. Deux gigantesques canines sortaient de sa puissante mâchoire. Il rugit en voyant Kaori et fonça sur elle. Ses petits yeux noirs se fixèrent avec intelligence sur la jeune femme. Elle resserra sa prise sur son sabre.

La rapidité du Sargoune la déconcerta un peu. Il fut trop rapidement sur elle. Elle voulut faire un écart. Alors qu’il passait près d’elle, Kaori sentit une vive douleur lui traverser la hanche. Le Sargoune ralentit pour faire demi-tour. Elle leva les yeux sur le Sargoune qui était presque de nouveau sur elle. Kaori fit une rotation rapide sur elle-même, tout en levant son sabre qu’elle enfonça dans la poitrine de son assaillant."