BookCoverImage

Retrouvez dès maintenant la version broché de ce roman fantastique

Actuellement sur Amazon

17 € 60.

Je vous offre deux extraits :

"Lès avait passé la journée, assis sur l’un des aigles d’acier du Chrysler Building, ses jambes pendantes dans le vide. Pensif, il avait contemplé les gratte-ciel, une main posée nerveusement sur le dossier cartonné laissé par Lionel. Il avait écouté les bruits de la ville au-dessous de lui. La circulation des voitures et le bruit des klaxons. Des voix humaines et d’autres plus brusques, des voix de vampires. De sa vue perçante, il avait vu des New-yorkais pressés de rentrer chez eux, après une journée de travail. Une agitation incessante qui animait New York.

 

Lès venait régulièrement à cet endroit, lorsqu’il séjournait à New York. Finalement, il avait ouvert le dossier et avait dévoré des yeux les visages sur les photos. Il avait découvert le sourire de sa mère et les magnifiques yeux qu’elle possédait. Il avait les mêmes. D’autres photos représentaient une gigantesque louve et aussi deux femmes d’apparences très différentes, mais avec les mêmes yeux. Lès lut les annotations. Ces femmes n’étaient qu’une seule et même personne : Alanis Argelus. Sa mère pouvait prendre plusieurs formes humaines.

 

Lès s’attarda sur la photo d’un couple heureux qui se souriait : ses parents. Bonnie lui avait montré de nombreuses photos de son père. Finalement, Lès avait délaissé les photos pour lire les annotations, ainsi qu’une dizaine de feuilles dactylographiées.

Songeur, il referma le dossier et leva les yeux. La nuit s’imposa à son regard. A cette hauteur, le froid était plus vif. "

chrysler_building_2615385_960_720

Lès se concentra sur ses sensations et sans bouger un centimètre de son corps, il huma l’air autour de lui.

 

Le temps s’était écoulé plus rapidement qu’il ne l’avait cru, pendant sa conversation avec Damballa. La nuit s’achevait. Les étoiles s’estompaient lentement dans un ciel gris et nuageux.

 

Quelques humains matinaux, sortaient de chez eux pour aller au travail. Un homme héla un taxi. Une démone et son enfant traversèrent la rue en courant, pressés de retrouver leur appartement. Un hélicoptère de la police passa non loin de Lès et s’éloigna vers le Bronx.

 

Et soudain, ce fut un véritable déluge qui s’abattit sur la ville avec violence. Un éclair déchira les nuages, et tonna à quelques mètres de Lès. Ses cheveux furent rapidement trempés. L’eau coulait sur son visage. Son long manteau le protégeait néanmoins de la pluie.

 

Lès restait concentré sur cette étrange sensation de danger. Il se leva et fit quelques pas. Les semelles de ses bottes résonnèrent sur l’acier. Puis, il stoppa. Il regarda le vide au-dessous de lui.

 

Lès ouvrit largement les bras. Son corps vibrait d’une étrange énergie. Cependant, il n’avait pas peur. Et soudain, il plongea du Chrysler Building. Les bras toujours ouverts, il fonça de plus en plus vite vers le sol. Des cris de panique montèrent vers lui. Il vit plusieurs humains qui levaient un bras dans sa direction, les yeux horrifiés.

 

Au dernier moment, Lès ferma les yeux et fit une roulade en avant lorsqu’il toucha le sol. Sous ses pas, il ne sentait plus le bitume. Il ouvrit les yeux. Un soleil chaud l’accueillit. Ses bottes foulaient une herbe verte.

Etonné, il leva les yeux et découvrit la maison. Cela faisait plusieurs mois, qu’il n’avait pas remis les pieds ici. Rien n’avait changé. " ...