sleigh2

La disparition du Père Noël

Chapitre Deux

 

- Que dis-tu ! s’exclame Pok.

- J’ai cherché dans toutes les pièces de la demeure du Père Noël, dit Fergus. Je ne l’ai pas trouvé. Il a simplement disparu. Si nous ne le retrouvons pas d’ici ce soir, les enfants n’auront pas de jouets. Il n’y aura pas de Noël.

- Nous devons absolument partir à sa recherche, dit Nez Rouge.

- Utilisons le Chaudron des Vérités, dit Fergus.

Pok et les deux autres lutins approuvent de la tête. Ils ferment les yeux et brusquement un chaudron rouge surgit devant eux.

Fergus s’avance et plonge son regard à l’intérieur. Un étrange liquide vert tourbillonne lentement. Il scintille parfois d’une lumière dorée. Maintenant, Fergus discerne des images floues. L’une d’elles se stabilise et grossit. La vision devient précise. Puis, elle disparait d’un coup. Le lutin relève la tête et regarde Pok.

- La Forêt des Oublis, dit-il. Il faut chercher du côté de la Forêt des Oublis.

- Je t’accompagne, dit simplement Pok.

- Je viens avec vous, dit Nez Rouge.

Fergus est rassuré de ne pas partir seul. La Forêt des Oublis est un endroit mystérieux et inquiétant. Il y a fort longtemps, des lutins se sont égarés et ne sont jamais revenus. Depuis, les lutins évitent d’y pénétrer.

- En route, mes amis, dit Nez Rouge.

Pok et Fergus ferment les yeux et se retrouvent aussitôt sur le dos du renne. Guidé par Pok, Nez Rouge suit un étroit sentier. Ils arrivent enfin à l’orée de la Forêt des Oublis.

- Nez Rouge, dit Fergus. Utilise ta magie, afin de nous protéger. Nous ne savons pas ce que nous allons rencontrer.

Nez Rouge tape trois fois le sol de ses deux sabots de devant. Des étincelles jaillissent sous le renne et tourbillonnent autour de nos trois amis. Elles forment ensuite un bouclier qui devient invisible. Puis, Nez Rouge entre dans la Forêt des Oublis. Un silence absolu les accueille. Les lutins jettent des coups d’œil inquiets, à droite et à gauche. Nez Rouge hume l’air. Il est très intrigué. Aucune odeur n’est apportée par le vent. Pas d’odeur d’herbe, de plantes ou de terre.

- Etrange, pense Nez Rouge.

Nos trois amis traversent une bonne partie de la forêt. Il n’y a aucune âme vivante. Ils semblent qu’ils soient seuls. Une tristesse émane de ce lieu. Doucement, elle s’insinue en eux.

- Nous ne retrouverons jamais le Père Noël, dit piteusement Fergus.

- Sortons de cette forêt, intime brusquement Pok. Je sens des regards sur nous.

- Il n’y a personne, constate cependant Nez Rouge. N’abandonnons pas nos recherches. Pensez à la magie de Noël et à ce qu’elle représente pour les enfants.

- Alors continuons, dit Fergus.

Nez Rouge franchit plusieurs rivières, traverse un bois avant d’arriver dans une clairière. Il y a de nombreux rochers. Soudain, Nez Rouge entend de gros soupirs qui semblent émaner d’un énorme bloc de pierre. Nez Rouge le contourne et découvre le Père Noël assit sur l’herbe.

- Père Noël ! s’exclame Fergus, tout joyeux.

Un puissant éclat de rire lui répond. Le Père Noël ne peut plus s’arrêter. Enfin, il s’interrompe et regarde, émerveillé, les deux lutins et le renne.

- Vous vous trompez, dit le vieil homme. Je ne suis pas le Père Noël.

Un détail attire l’attention de Fergus et de Nez Rouge. Le Père Noël ne porte plus son habit rouge. Il est vêtu d’une salopette bleue et d’une chemise blanche.

- Vous ne nous reconnaissez pas ? demande Nez Rouge.

- Un renne qui parle ! s’exclame le vieil homme.

Fergus comprend que le Père Noël a perdu la mémoire. Maintenant, le temps presse. Le soir approche et il sera bientôt l’heure de distribuer les cadeaux aux enfants.

Le vieil homme se relève maladroitement et s’approche de cet étrange trio. Il s’arrête près du renne et détaille avec curiosité les deux lutins.

- Comment vous-êtes vous retrouvé dans la Forêt des Oublis ? demande Pok.

- J’ai suivi un petit garçon, il semblait si malheureux. Je ne me rappelle de rien d’autre, répond le vieil homme. Pourriez-vous me ramener chez moi ?

Fergus est triste de voir le Père Noël dans cet état. Le lutin se souvient des moments partagés avec celui-ci. C’est un homme si chaleureux et aimant.

Nez Rouge penche la tête et son museau touche le front du Père Noël. Son grelot tinte. Et soudain, une boule transparente apparaît et vient se poser dans la main du vieil homme. Souvenez-vous, c’est une des nombreuses boules qui décorent le grand sapin installé dans le hall d’entrée, de la demeure du Père Noël.

Fasciné par la neige qui virevolte dans la boule transparente, le vieil homme plonge son regard à l’intérieur. Et doucement, la tristesse, le désespoir et la peur le quittent. Une douce chaleur grandit dans sa main, puis dans son cœur. Maintenant, il voit défiler des images. Un atelier où l’on fabrique des jouets. Des lutins qui s’affairent dans la bonne humeur à leur travail. Quel travail merveilleux et gratifiant.

Le vieil homme voit ensuite un grand et merveilleux traineau, conduit par huit rennes. La joie se lit maintenant sur son visage. Puis l’envol du précieux chargement de jouets, au-dessus des villes. L’arrêt dans chaque maison et les cadeaux déposés au pied du sapin.

Un puissant sentiment renait dans le corps du vieil homme. Il inspire et expire d’un coup. L’esprit de Noël vient de le submerger. Ses yeux pétillent maintenant de malice. Il se tourne vers Nez Rouge et les deux lutins.

- Fergus, mon ami !

Le lutin et ses compagnons comprennent que le Père Noël a retrouvé la mémoire.

- Nous pouvons maintenant rentrer à la maison, dit Nez Rouge.

Le Père Noël sourit et touche la ramure de Nez Rouge. Instantanément ils se retrouvent dans le hall d’entrée de la grande maison du Père Noël. Pok qui n’est jamais venu ici, regarde émerveillé, le gigantesque sapin. A ce moment, la magie du lieu s’active et voilà le Père Noël à nouveau revêtu de son costume rouge et blanc. Fergus s’avance vers le Père Noël.

- Il est bientôt l’heure, dit-il en jetant un coup d’œil à travers une fenêtre.

Nez Rouge et les autres rennes sont attachés à un grand traineau. Des flocons de neige tombent doucement sur le sol et le recouvre d’un fin duvet blanc.

Le Père Noël ferme les yeux et respire profondément.

- Il est bon d’être de retour chez soi, dit-il en rouvrant les yeux.

- Pourrais-je savoir ce qui vous est arrivé ? demande Pok.

Le Père Noël rassemble ses souvenirs et déclare d’une voix chagrinée :

- J’ai été abusé par un petit garçon qui m’a conduit jusqu’à la Forêt des Oublis. Il semblait si malheureux, j’ai eu pitié de lui. Avant que je ne devienne amnésique, il a ricané et a déclaré être un esprit malveillant. Il voulait détruire l’esprit de Noël. Il voulait d’un noël sans cadeaux, ni partage et ni amour. Il souhaitait voir le désespoir et la tristesse sur le visage des enfants.

- Il souhaitait détruire la magie de cette fête, constate Fergus. Je plains cet esprit. Il demeurera toujours seul, entouré d’obscurité et de froid.

 - Peut-être qu’un jour, il comprendra son erreur, dit Pok.

 - En attendant, mes amis, dit le Père Noël en ouvrant la porte, les enfants attendent mon passage pour recevoir leurs cadeaux qu’ils ouvriront, avec empressement, demain matin. Ce soir, ils partageront, avec leur famille, un magnifique repas fêté dans l’amour et la joie.

 Le Père Noël grimpe allégrement dans son magnifique traîneau, remplit de jouets.

 - Oh, oh, oh ! crie-t-il en direction des deux lutins. Joyeux Noël, mes amis.

 Nez Rouge tape du sabot le sol neigeux. Les huit rennes s’élancent et s’envolent vers le ciel.

 - Joyeux Noël ! hurlent les deux lutins. Puis, doucement la porte se referme en silence sur Fergus et Pok.

 

 (Auteur Sonia Lafont - Tous droits réservés 2014)

Retrouvez le personnage de Pok le lutin, dans 

les deux premiers tomes de la trilogie :

Les Royaumes d'Emeraudes

 

tree1